Que souhaitent les salariés pour être bien dans leur job ?

Que souhaitent les salariés pour être bien dans leur job ?

Le bien-être des collaborateurs est un objectif auquel doit se consacrer l’entreprise. S’en soucier est une démarche bénéfique pour le salarié comme pour la société. La qualité de vie au travail (QVT) est aujourd’hui très présente dans les médias traitant de sujets Entreprise ou Ressources Humaines. Mais au-delà des bénéfices atteignables et des moyens existants, il convient  de s’intéresser aux attentes réelles des employés pour être bien dans leur job.

Les composantes du bien-être au travail

Le baromètre Edenred-Ipsos pour « Comprendre et améliorer le bien-être au travail » réalisé en mai 2016 tente d’apporter quelques pistes de réflexion. L’étude a été réalisée auprès de 14 400 salariés de 15 pays. Dans l’expression des résultats, le bien-être au travail est découpé en 10 éléments regroupés en 3 grandes catégories :

  • Le cadre de travail: l’équipement, l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, … Un salarié bien dans son travail est notamment un salarié qui se sent bien dans son environnement de proximité.
  • L’attention : Le bien-être dépend aussi de l’intérêt que le management porte aux salariés.
  • L’émotion : le plaisir à venir travailler, l’intérêt pour son travail ou son aspect stimulant… Ce que ressent un salarié au quotidien est également à prendre en compte.

Les éléments liés au cadre de travail sont globalement ceux pour lesquels les salariés s’estiment le plus satisfait. A l’inverse, les composantes de l’émotion sont celles qui semblent le moins abouties pour le panel interrogé.  Les améliorations matérielles semblent donc avoir été mises en place en priorité, avant  la prise en compte des ressentis individuels.

Attentes et leviers d’amélioration de la qualité de vie au travail (QVT)

Selon le baromètre Edenred-Ipsos, en France, 67 % des salariés estiment qu’ils sont satisfaits de leur bien-être au travail (contre 74 % en Allemagne). Le reproche le plus courant, exprimé par une partie des personnes interrogées, est l’absence de politique active de bien-être au travail par l’entreprise. Le besoin de reconnaissance et d’accompagnement est lui aussi clairement exprimé : ils sont 45 % à considérer que leur  entreprise ne se préoccupe pas ou pas suffisamment de leurs compétences et de leur formation.

Pour instaurer une démarche de QVT efficace il existe plusieurs leviers pouvant être activés par l’employeur. Le premier est individuel  et consiste à aider le salarié à gagner en performance en développant de nouveaux savoirs et savoirs faires. Aujourd’hui, cela passe notamment par un travail sur la culture numérique pour aider les collaborateurs à s’approprier plus facilement de nouveaux outils capables de faciliter leur quotidien.

Si l’approche individuelle semble être la plus attendue, des accompagnements collectifs peuvent aussi être de bons outils… Des initiatives pour améliorer la santé de l’ensemble des collaborateurs sont des facteurs positifs pour créer un sentiment de bien-être au travail.

La motivation : bénéfice de la QVT

Les démarches de QVT  améliorent la productivité en entreprise. Selon le baromètre, dans les pays où le bien-être est élevé, 37 % des employés très positifs sur leur bien-être au travail affichent une motivation en augmentation. Ce chiffre chute à 5 % dans des pays où les salariés se déclarent ne pas être bien dans leur job.

Les salariés sont donc sensibles au bien-être au travail. S’ils reconnaissent souvent que les questions matérielles sont globalement prises en compte par leur  entreprise ils restent en attente d’une meilleure considération du facteur humain de la QVT. En mettant en place un programme d’optimisation constante du management, les entreprises peuvent alors espérer mieux répondre à ces attentes et ainsi faire grimper la motivation de leurs collaborateurs. Une démarche gagnant-gagnant.

Liste des actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *