4 bonnes habitudes qui pourraient réduire le risque de cancer.

prevention_cancer_generali_vitality

L’institut national du cancer estime que 40 % des cancers pourraient être évités avec quelques modifications de nos habitudes de vie. l’institut publie des recommandations pour agir au quotidien.
prevention cancer

Le tabac : facteur de risque numéro 1

Si chacun sait qu’il est recommandé de ne plus fumer, peu sont ceux qui savent cependant que depuis 2007, l’assurance maladie a mis en place un forfait de remboursement des aides comme les substituts nicotiniques : 50 € par année et par personne. Ce forfait est porté à 150 € pour les femmes enceintes et les jeunes de 20 à 25 ans. Depuis le 1er juillet 2015, les personnes de 25 à 30 ans, les bénéficiaires de la CMU-c et les patients en « affection longue durée (ALD) cancer » peuvent eux aussi bénéficier de 150 €.

Arrêter de fumer est souvent le premier geste à accomplir pour qui souhaite développer un mode de vie plus sain. cette décision est également financièrement profitable.

L’alcool : l’importance de la modération

Si l’alcool doit être consommé avec modération c’est notamment parce qu’il serait potentiellement responsable de 10 % des décès par cancer. Selon l’Institut national du cancer, tous les alcools seraient cancérigènes. Il faut donc modérer la quantité et la fréquence de consommation de boissons alcoolisées.

L’alimentation : exercice d’équilibre

manger sainement peut parfois s’apparenter au parcours du combattant. Entre maîtrise des dépenses, qualité des produits, et préférences personnelles, il est parfois compliqué de suivre toutes les recommandations des organismes de santé publique.

Malgré cela, il est toujours utile d’être informé des risques potentiels liés à une mauvaise alimentation. En effet, la consommation excessive de certains aliments pourrait favoriser l’apparition de certains cancers même s’il reste des incertitudes sur le rôle exact de certains d’entre eux. Une alimentation diversifiée peut donc être bénéfique. Les fibres alimentaires présentes dans les fruits et légumes pourraient par exemple avoir un rôle protecteur. A l’inverse, la consommation excessive de certains aliments comme les viandes rouges ou les charcuteries pourraient favoriser l’apparition de la maladie.

Chacun pourra plus ou moins facilement suivre ces conseils en fonction de son cadre de vie mais ces principes gagnent à être rappelés afin d’aider ceux qui le souhaitent à mieux connaitre les effets de certains aliments sur leur organisme.

L’activité physique : bénéfique même à petite dose

Toute activité physique, même modérée (30 minutes par jour) permet de diminuer le risque de développer un cancer selon l’Institut national du cancer. Il est utile de rappeler que chaque individu n’a pas les mêmes possibilités de pratiquer une activité physique et qu’il peut parfois être pertinent de consulter un professionnel de santé avant de se lancer dans la pratique d’une nouvelle activité sportive L’important dans cette action de prévention n’est pas l’intensité de l’effort mais bien sa régularité. Ainsi, 30 minutes de marche rapide par jour pourraient réduire les risques de cancer du sein ou du poumon. La pratique d’une activité physique adaptée par une personne malade peut également améliorer sa qualité de vie (anxiété, sommeil, sensation de fatigue, …).

Il est vrai que nous ne sommes pas tous égaux face au sport, de par notre état de santé ou notre cadre de vie. Mais chaque petit pas fait dans ce sens peut contribuer à rendre sa santé meilleure.

Pour ceux qui souhaiteraient aller plus loin, l’Institut national propose un test en 3 minutes pour faire le point sur vos bonnes habitudes.

 

Source : Institut national du cancer

Liste des actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *