Le flexitarisme de plus en plus présent en France

flexitarisme_france_étude

Le flexitarisme convertir de plus en plus de Français selon l’étude Kantar Worldpanel publiée fin 2016. Mais qu’est-ce que ce nouveau régime alimentaire et qui sont ses adeptes ?

Le flexitarisme : un régime tout en modération

Le flexitarisme est un régime alimentaire dont l’objectif est de limiter fortement la consommation de viande. Ce mode de vie est souvent adopté par les personnes à la recherche d’une alimentation plus saine et plus responsable.

Les flexitariens cherchent généralement à éviter l’impact d’une consommation excessive de viande sur leur santé. En effet, une consommation excessive de viande, particulièrement de viande rouge, pourrait augmenter le risque d’apparition de certaines maladies comme le cancer de l’intestin ou les maladies cardio-vasculaires selon l’Université de Californie.

Ce régime alimentaire est parfois choisi pour diminuer l’empreinte écologique de l’alimentation. En effet l’élevage nécessite une forte production de céréales ce qui peut avoir des conséquences sur la biodiversité, notamment à travers la déforestation. L’élevage est également responsable de 14,5 % des émissions annuelles de gaz à effet de serres dans le monde selon Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO).

Le flexitarisme se présente donc comme une démarche bénéfique pour la santé comme pour l’environnement.

34 % des foyers français seraient flexitariens

Les flexitariens semblent être de plus en plus nombreux en France. Selon Kantar, 34 % des foyers français se déclarent flexitariens en 2016 alors qu’il n’étaient que 25 % en 2015. En comparaison, ils ne sont que 1,7 % à se déclarer végétariens et 0,5 % à être végétaliens.

60 % des flexitariens ont plus de 50 ans et 79 % n’ont pas d’enfant. Ils vivent plutôt en région parisienne ou dans le sud de la France, toujours selon Kantar.

Sensibles au sujet de la consommation de viande, 57 % ont entendu ou lu récemment une communication négative sur la viande ou les conditions d’élevage (contre 43 % de la population). Cet intérêt se traduit dans leurs habitudes par une consommation plus faible de charcuterie mais un intérêt fort pour les semoules et céréales. Ils achètent également plus de produits frais, de poissons et de fruits et légumes. Environ 36 % d’entre eux passent par des circuits spécifiques comme les magasins bio, les primeurs ou les marchés.

Le flexitarisme a donc converti un tiers des foyers français. L’intérêt grandissant pour ce régime alimentaire pourrait bien refléter une prise de conscience des questions d’alimentation saine et de développement durable.

Lire l’étude Le « flexitarisme », une tendance en vogue

Liste des actualités

Un sujet sur l'article “Le flexitarisme de plus en plus présent en France

  1. Je suis de plus en plus contre la souffrance animal, je ne sais pas comment faire afin déviter de manger de la viande et pourtant à chaque fois que je vois un étal dans un magazin, j’ai beaucoup pas de mal à retenir mon envi de pleurer.
    J’aime de plus en plus les animaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *