Le lundi vert, bénéfique pour notre santé ?

Et si chaque lundi vous remplaciez la viande et le poisson par un plat végétarien ?  C’est l’idée du lundi vert, un appel lancé par 500 personnalités. Le principe ? Ne manger ni viande ni poisson chaque lundi. En plus de sauvegarder l’environnement, cette idée viendrait également préserver notre santé. En effet, diminuer notre consommation de viande contribuerait à réduire le risque d’ AVC, d’infarctus et autres pathologies cardiovasculaires. Alors, prêt à essayer ?

Cet article ne remplace en aucun cas un avis médical. Il est recommandé de consulter un nutritionniste ou un médecin avant de modifier vos habitudes alimentaires.

1 – Manger moins de viande est plus sain pour notre santé

La France est l’un des plus gros consommateurs de produits carnés au monde. En moyenne nous mangeons 135 grammes de viande par jour et par personne ce qui est beaucoup trop puisqu’il est recommandé de ne pas manger plus de 25 grammes de charcuterie par jour et 70 grammes de viande, hors volaille.

Cette consommation excessive pose un réel problème pour notre santé. En effet, de nombreuses études ont prouvé que  la viande rouge était cancérogène lorsque l’on en mange en trop grosse quantité. Egalement, la consommation importante de produits d’origine animale viendrait  contribuer à augmenter le risque d’ AVC, d’infarctus et autres maladies cardiovasculaires. Manger trop de poisson ne serait pas non plus bénéfique à la santé, ceux-ci étant souvent porteurs de métaux lourds.

Ainsi se passer de viande et de poisson une journée par semaine pourrait être favorable pour notre santé, même si finalement cela est surtout une question d’équilibre. L’important est de varier le plus possible son alimentation en mangeant beaucoup de fruits et de légumes. Il est aussi conseillé de ne pas dépasser les 500 grammes de viande rouge ou blanche par semaine, et de réduire au maximum la charcuterie qui est extrêmement néfaste à forte dose.

2 – Un bon moyen de préserver la planète

Si le fait de manger moins de viande à un impact bénéfique sur notre santé, cela permet également d’agir en faveur de la planète. La production de viande est en effet l’une des activités humaines ayant le plus d’impact sur l’environnement. Ainsi dans le monde l’élevage de bétail est responsable de 14.5 % des émissions de gaz à effet de serre ce qui représente environ 7 milliards de tonnes de CO2 (plus que les États-Unis et la France réunis).

De plus, la production de viande consomme des quantités d’eau exorbitante. En effet, pour produire un kilo de bœuf 13 500 litres d’eau sont nécessaires. La viande de porc elle, absorbe 4 600 litres et le poulet 4 100 litres. C’est bien plus élevé que la consommation d’eau nécessaire à la culture de céréales telles que le riz (1 400 litres), le blé (1 200) ou encore le maïs (700).

Enfin, l’élevage accentue énormément la déforestation. Cela s’explique par le fait que les élevages d’animaux sont souvent nourris avec des céréales et des dérivés de soja. Cette nourriture végétale est cultivée majoritairement en Amazonie, où l’on sacrifie la forêt amazonienne pour la transformer en terre cultivable.

Ainsi, la lutte contre le réchauffement climatique passe aussi par le choix d’une alimentation plus végétale.

3 – Les alternatives végétales riches en protéines

En prenant la décision de ne plus manger de viande, il est important de veiller à ne pas manquer de protéines. Celles-ci sont en effet indispensables dans la construction des tissus musculaires et donc essentielles pour notre corps.

Si nous avons en général l’habitude de trouver les protéines dans les aliments d’origine animale (viandes, poissons, œufs, fromage) sachez que les protéines sont également présentes dans les aliments d’origine végétale (céréales, légumineuses, oléagineux). Chez les légumineuses on trouve par exemple les pois chiches, les lentilles et les haricots rouges qui sont très riches en protéines, en fibres et en antioxydants. Du côté des oléagineux, la noix, la noisette, l’amande ou la pistache sont aussi de très bonnes sources de protéines. Enfin dans la famille des céréales, privilégiez le sarrasin, l’épeautre ou encore le quinoa.

Néanmoins même si c’est un bon début, ces aliments ne permettent pas de nous apporter l’ensemble des protéines nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Mais d’autres solutions existent, comme par exemple le soja qui est une excellente alternative à la viande car il renferme plus de fer et de protéines que le bœuf. Il y a également le tofu, le quinoa ou encore l’amarante qui contiennent bien tout ce dont notre corps a besoin.

Liste des actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *