Les compléments alimentaires en hiver, fausse bonne idée ?

En hiver, les compléments alimentaires sont souvent perçus comme des remèdes miracles pour lutter contre les microbes et garder la ligne avant les fêtes de fin d’années. En France, ce marché a représenté 1,92 milliards d’euros en 2018 avec un croissance de 1,3 % par rapport à 2017 selon le Syndicat national des compléments alimentaires (Synadiet).

Plébiscités par les Français (un sur deux en a déjà pris), les compléments alimentaires seraient pour une majorité de la population une « solution naturelle pour entretenir leur santé et éviter de prendre des médicaments lorsque ce n’est pas nécessaire » selon ce même syndicat. Pourtant, ceux-ci peuvent présenter des effets indésirables pour la santé.

Nous vous rappelons que la consommation de compléments alimentaires doit être encadrée par un professionnel de santé. Consultez votre médecin au préalable. 

 

Les effets des compléments alimentaires

Ces compléments d’alimentation peuvent présenter un certain intérêt dans des situations bien particulières pour des personnes en déficit nutritionnel. Cependant, il est formel qu’un complément alimentaire « ne peut avoir ni revendiquer d’effets thérapeutiques», indique l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation (Anses). Lorsqu’ils ne sont pas consommés à bon escient, ils peuvent présenter un risque sur la santé. 

En effet, ces gélules, pastilles ou encore comprimés ne remplacent pas les apports nutritifs de l’alimentation. Dans le cas contraire, cela peut engendrer : 

  • des carences causées par un alimentation peu variée ;
  • des risques de troubles cardiovasculaires.

Pour éviter ces effets, il est recommandé :

  • d’éviter d’en consommer de manière abusive et répétée ;
  • de respecter les conditions d’emploi du fabricant ainsi que d’un professionnel de santé ;
  • de signaler à un professionnel de santé tout effet indésirable.

 

Une nouvelle habitude de consommation influencée par la presse ?

Cette nouvelle tendance aurait été initiée en partie par les média. Selon France Assos Santé :

  • 21 % des Français suivent les recommandations de leur médecin.
  • 28 % des Français se laissent guider par le pharmacien.
  • 92 % des femmes consommatrices de compléments alimentaires minceur sont influencées par la presse.

Ces chiffres nous montrent que les prescripteurs ne sont pas majoritairement les professionnels de santé. Pour rappel, il est interdit de vanter les mérites des compléments alimentaires pour soigner une quelconque maladie dans les publicités, les média.

 

D’autres compléments plus sains pour la santé ?

Au delà des gélules et autres comprimés, on trouve d’autres tendances qui se veulent plus naturelles. En effet, il existe des aliments bénéfiques pour notre organisme.

  • La spiruline

Cette micro-algue, cultivée en eau douce, est riche en fer, calcium, phosphore, magnésium, zinc, cuivre, chlorophylle, ainsi qu’en protéines (elle renferme jusqu’à 70 % de protéines bien assimilées). Elle est surtout consommée en complément alimentaire mais peut également être utilisé comme agrément de repas. 

  • Le haricot de mer

Cette algue brune en forme de haricot a des effets antioxydants. Elle est également source de magnésium, de fibres et de vitamine C. Elle peut être cuisinée en salade ou avec du poisson. 

  • La dulse

La dulse est une algue particulièrement riche en protéines, en fer et en magnésium. Elle a un léger goût salé et se consomme la plupart du temps sous forme de chips.

Bien que ces aliments soient naturels et sains pour l’organisme, ils ne peuvent pas constituer un repas complet à consommer de manière habituelle. Les apports en certains minéraux et vitamines peuvent être excessifs, selon votre état de santé, même s’ils proviennent de sources naturelles.

 

Liste des actualités